Tomb Raider II

Quand Eidos Interactive avait lançé Tomb Raider, ce fut un jeu si innovant qu’il définissait son éditeur comme une force formidable dans l’industrie du jeu vidéo. Avec ses environnements 3D caverneux et son protagoniste charismatique dont une anglaise branchée nommée Lara Croft, Tomb Raider a été le pionnier d’un nouveau territoire dans le jeu.

Une nouvelle chasse au trésor

S’inspirant du jeu précédent, Tomb Raider II voit Lara s’impliquer dans une toute nouvelle chasse au trésor à travers le monde. Encore une fois, les niveaux sont richement aménagés avec des textures colorées, vous emmenant dans un voyage visuel des voies navigables de Venise aux étranges catacombes souterraines, cette fois à la recherche de la Dague de Xian, une relique qui confère soi-disant un grand pouvoir à son porteur.

Toujours à la recherche de trésor

Encore une fois, l’intrigue a peu d’incidence sur l’expérience Tomb Raider. La plupart des activités de Lara consistent toujours à trouver une clé pour ouvrir une porte pour trouver une autre clé, avec beaucoup de résolution d’énigmes entre les deux.

Par exemple, dans un niveau, un interrupteur est actionné et une porte s’ouvre dans une autre partie du niveau. Lorsque la porte est enfin atteinte, elle est fermée. Solution: Conduire un hors-bord jusqu’à la porte dès que l’interrupteur est actionné.

Il existe également une multitude de pièges chronométrés, où Lara se retrouvera à devoir charger désespérément à travers un labyrinthe de pointes envahissantes et de sols qui s’effondrent quand elle s’y attend le moins. C’est le processus de trouver la clé, d’arriver à cette porte particulière qui vient de s’ouvrir, qui fait de Tomb Raider II une aventure vraiment engageante.

Une grosse amélioration générale

Les plaintes concernant l’original, telles que l’ennui des niveaux et le contrôle parfois erratique de Lara, ont définitivement été traitées dans la suite. Les mouvements de base tels que les sauts et les prises sont légèrement plus faciles à exécuter avec la nouvelle héroïne améliorée.

Plus important encore, cela aide les niveaux à rester intéressants. Dès le début, chaque piège ou obstacle physique représente un défi extrême, vous obligeant à contrôler Lara avec la plus grande habileté. Le plus souvent, faire passer Lara d’un rebord à un autre nécessite que deux mouvements spécifiques ou plus soient exécutés en série.

Effectuer un saut pour s’accrocher à un mur éloigné et trouver comment exécuter ce parfait back flip pour contourner un piège apparemment infranchissable: Ce genre d’activités devient la partie la plus gratifiante du jeu.

Plus grand et plus varié

En plus d’être plus grands, les niveaux de Tomb Raider II sont également plus intéressants géographiquement. Lara est exagérément éclipsée dans son environnement, escaladant les énormes murs du vestibule d’une cachette de gangsters au cours d’une aventure, se balançant de balcon en balcon dans un opéra aux proportions surréalistes au cours d’une autre.

Conclusion

Tomb Raider II combine des paysages à couper le souffle, une animation fluide de personnages de type Disney et (surtout) une procession bien équilibrée d’obstacles, de pièges et d’énigmes.

Galerie d’images

MOYENNE : 4.62 VOTE(S) : 26

Your page rank:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page