Microsoft Flight Simulator 2020

Dans Microsoft Flight Simulator 2020 l’attention portée aux détails dans les intérieurs des avions, reconstruits virtuellement à l’aide de scans laser, des documents de fabrication et des dessins CAO, est étonnamment précise. Mais c’est l’intégration avec les services de carte Bing du monde réel de Microsoft qui emmène cette incroyable simulation dans un tout nouveau royaume de liberté et de réalisme. Certes, il y a quelques fissures dans la façade parfaite de l’image dans certaines des zones les plus reculées, et les bâtiments en dehors des grandes villes sont construits en grande partie avec un algorithme intelligent plutôt que par des mains humaines, mais c’est toujours absolument étonnant à quel point cela semble complet. Si vous voulez survoler votre maison, elle est là, dans Flight Simulator, exactement là où elle devrait être. Cela ne ressemble peut-être pas exactement à votre maison, mais c’est là.

Une version de base assez large

La version de base de Microsoft Flight Simulator comprend 20 avions et 30 aéroports. Cela peut ne pas sembler beaucoup, mais les 37 000 autres aéroports du monde sont générés à l’aide d’une technologie suffisamment avancée pour que, à nos yeux, elle ne puisse être distinguée.

Les aéroports fabriqués à la main, construits à partir de scans et de plans du monde réel, sont encore plus impressionnants sur le plan technique – on a jamais rien vu de près de ce niveau de précision dans une simulation de vol auparavant. Ce qui est impressionnant, c’est la façon dont le développeur Asobo Studios a élargi la sélection de récréations «artisanales» au-delà des seuls aéroports principaux. Bien sûr, les principaux hubs comme JFK, Seattle-Tacoma et Heathrow sont recréés avec amour dans le jeu de base, mais les petits aéroports sont également ici. Il y en a même un en Amérique du Sud qui n’est rien de plus qu’une bande de terre coupant à travers l’épaisse forêt tropicale. On ne s’attend pas à trouver une telle précision pour ces destinations minuscules et plus difficiles, mais c’est agréable de les découvrir.

Des détails stupéfiants

Dans le même ordre d’idées, les avions eux-mêmes – le niveau de détail est stupéfiant. Vous pouvez prendre une capture d’écran et la partager en ligne sous forme de photo et, à moins que votre PC ne soit une pomme de terre complète, cela tromperait facilement beaucoup de gens. Non seulement Asobo a parfaitement recréé l’apparence des intérieurs et extérieurs des avions disponibles, mais les instruments sont également pleinement opérationnels. Les instruments numériques Garmin apparaissent et fonctionnent exactement comme ils le font dans la vie réelle, car les développeurs ont construit des émulateurs pour le logiciel réel qui les exécute dans Flight Simulator. Si vous téléchargez un manuel .PDF à partir d’un équipement du monde réel pour y faire référence pendant le jeu, tout ce qui se trouve dans le manuel est vérifié sur le matériel virtuel.

Accessible à tous

Aussi incroyablement réaliste que soit la simulation de vol, elle est également accessible à presque tous les niveaux d’expérience. Vous pouvez activer toutes les assistances et profiter de Flight Simulator dans un style plus arcade, ou les désactiver toutes et aborder une sortie virtuelle de la même manière que vous feriez en réel. Si vous avez une préférence pour jouer à mi-chemin entre la simulation complète et les paramètres d’assistance les plus élevés, cela crée toujours une expérience très difficile mais supprime certaines des étapes banales du processus, comme les vérifications avant le vol, le démarrage du moteur, etc.

Des avions variés

Les 20 avions et 30 aéroports fabriqués à la main dans la version de base de Microsoft Flight Simulator sont déjà une quantité respectable de contenu. Ces avions couvrent toute la gamme des avions acrobatiques hautement manœuvrables comme le biplan Aviat Pitts Special S2S, aux gros porteurs comme le “Queen of the Skies” lui-même, le Boeing 747-8. Cependant, si vous en voulez plus, l’édition Deluxe ajoute cinq avions supplémentaires et cinq aéroports, et l’édition Premium Deluxe en ajoute cinq de chaque, pour un total de 30 avions différents et 40 aéroports. Un entraîneur militaire comme le T-38 aurait également été un ajout passionnant, voire un ViperJet. Si vous voulez piloter un avion à réaction, la seule option pour le moment est un avion de ligne, et c’est un peu décevant mais certainement pas un facteur décisif.

Apprenez à piloter

Même avec des aides moyennes activées, décoller et revenir en une seule pièce nécessite beaucoup de planification, des manœuvres prudentes et des tonnes de pratique. Il y a une «école de pilotage» intégrée qui vous place dans le siège du pilote du Cessna 172, et c’est génial. Cela vous aidera avec la terminologie, les meilleures pratiques de vol et la maîtrise de l’avion. Au moment où vous terminez toutes les leçons de pilotage, vous vous sentirez confiant dans vos capacités à contrôler le Cessna et ses manœuvres. Les autres avions fonctionnent selon les mêmes principes de base, mais certains d’entre eux, en particulier les avions de ligne comme l’A320 et le 747, nécessitent beaucoup de familiarisation si vous voulez même tenter un atterrissage sans catastrophe. Ainsi vous pourrez en apprendre beaucoup sur l’angle d’approche et les vitesses d’atterrissage appropriées simplement en regardant le pilote IA prendre le relais. Et de plus, si votre objectif est de voler uniquement pour voler, vous pouvez toujours activer les aides pour le rendre plus facile.

Intégration de Bing Map

Tous ces détails magnifiques et cet équipement modélisé avec précision se trouvent à l’intérieur, mais le génie absolu de Microsoft Flight Simulator est en fait à l’extérieur des avions, grâce à l’intégration de Bing Maps. Deux pétaoctets (soit 2 000 téraoctets) de photographies par satellite et à haute altitude sont disponibles pour être diffusés sur votre ordinateur afin de représenter avec précision la partie du globe que vous décidez de visiter. L’effet est absolument époustouflant : vous allez voler dans des endroits ou vous n’avez jamais été de votre vie, en faisant le tour du Machu Picchu ou entre les grandes pyramides, et cela ressemble à du tourisme virtuel.

Choisissez la météo

Vous pouvez même voler dans des conditions météorologiques réelles avec le trafic aérien en direct, le tout réglable avec des menus en jeu facilement accessibles pendant le vol. Si vous avez déjà voulu décoller d’un aéroport dans une tempête de neige la nuit, vous pouvez régler la météo et l’heure à votre guise. Vous pourrez alors ajuster l’heure de la journée à «l’heure dorée», tôt le matin ou juste avant le crépuscule lorsque les rayons du soleil sont les plus chauds et les plus agréables. Cela fait des vues incroyables.

Limites

Les limites de l’intégration Bing viennent dans deux circonstances distinctes : si votre FAI a une limite de données, et lorsque la photographie aérienne existante d’une zone se trouve être à basse résolution. En cas de problème de limite de données, vous pouvez préinstaller les emplacements à l’avance, de sorte que vous chargez un petit morceau de données plutôt que d’ouvrir la totalité des données. Asobo semble être sensible à ce danger et propose un paramètre dans les menus pour suivre votre utilisation des données et définir une limite supérieure afin de ne pas dépasser votre plafond. Après quelques heures de jeu, y compris des vols au-dessus de San Francisco et New York, on a utilisé que quelques mégaoctets de données, mais multipliez cela en quelques heures par jour au cours d’un mois (et survolant des zones moins fréquentées) et cela pourrait devenir inquiétant. (De plus, cela vient après l’installation de ce monstre de jeu de 150 Go!)

La deuxième limitation concerne les cartes à basse résolution, qui apparaissent dans certains des coins les plus reculés de la Terre, mais ce n’est vraiment perceptible qu’à basse altitude. Il y a quelques frissons à voler à quelques mètres au-dessus du fleuve Colorado plus que suffisant pour compenser le manque de détails de texture sur les parois du Grand Canyon. De plus, comme les données sont extraites directement de Bing, les zones à basse résolution s’amélioreront à mesure que sa base de données d’images s’améliorera au fil du temps. Pour le moment, cependant, certains endroits ont vraiment l’air… PlayStation 1… lorsque vous êtes proche.

Explorez les terres lointaines

Le fait de voler et d’explorer un coin lointain de la Terre est plus que suffisant pour se divertir, mais Flight Simulator ajoute des éléments compétitifs, y compris des défis d’atterrissage. Une sélection rotative de pistes d’atterrissage éloignées et difficiles devient un endroit pour mettre en valeur vos compétences d’atterrissage, les scores étant attribués à vos performances dans des catégories telles que la précision sur la piste, la distance de roulis et le rebond. C’est en fait une façon vraiment amusante d’augmenter vos compétences.

Naturellement, bon nombre de ces tentatives finiront par endommager ou même carrément d’écraser votre avion. Vous pourriez penser que vous faites un dernier effort pour mettre votre avion au sol, pour découvrir que le train d’atterrissage sur un lourd comme l’Airbus A320neo n’est pas conçu pour une utilisation non goudronnée. Pour des raisons évidentes, un crash ne se traduit pas par une boule de feu réaliste, mais plutôt par un écran noir et une fenêtre contextuelle qui vous avertit de vos performances honteuses – comme si vous ne le saviez pas déjà. Ce ne sont pas seulement les accidents qui provoquent une panne instantanée : prendre un avion bien au-delà de ses limites physiques, comme un scénario de survitesse, mettra également fin à votre vol avant de toucher le sol. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas faire des cascades malades : vous pouvez absolument faire en sorte que le 747 exécute un tonneau réussi avec un peu de pratique. C’est juste que vous ne pouvez pas faire en sorte qu’un avion fasse plus que ce qu’il pourrait faire dans la vraie vie.

Un peu de patience

Là où le PC a vraiment du mal avec Microsoft Flight Simulator, ce sont les temps de chargement. Les grands aéroports prennent beaucoup de temps, parfois jusqu’à quatre minutes dans le cas de Chicago O’Hare. Même les aéroports éloignés avec beaucoup moins de déplacements prennent au moins une minute. Ce n’est pas surprenant étant donné la quantité impressionnante de données que Microsoft Flight Simulator doit charger, mais il est toujours impossible d’ignorer tout ce temps que vous passez à vous tourner les pouces.

La réalité virtuelle à venir

Il convient également de souligner que, au lancement, Flight Simulator ne prend pas en charge la réalité virtuelle, mais Microsoft dit qu’il arrivera dans un correctif plus tard cette année. La simple pensée de pouvoir jouer à Flight Simulator en réalité virtuelle peut nous pousser à investir dans un casque.

Conclusion

Microsoft Flight Simulator est légitimement incroyable. Il est difficile de décrire pleinement à quel point c’est incroyable de sauter dans un avion et d’avoir la liberté de voler vers et depuis littéralement n’importe où dans le monde entier. Les 20 avions inclus du jeu de base semblent plus que suffisants, même pour les passionnés d’aviation, et la possibilité d’ajuster les aides pour adapter l’expérience au niveau de compétence que vous désirez le rend adapté à tous ceux qui cherchent à voler dans un ciel amical dans le confort de leur domicile. Cependant, les données de cartographie du monde réel font passer Microsoft Flight Simulator d’un jeu impressionnant à la simulation la plus impressionnante, malgré ses temps de chargement. Voir des sites célèbres, atterrir dans les aéroports les plus reconnaissables du monde ou simplement atterrir sur une piste d’atterrissage isolée en Amérique du Sud est incroyablement cool et une façon absolument inégalée d’explorer virtuellement notre monde.

Télécharger Microsoft Flight Simulator 2020

Microsoft Flight Simulator 2020 Dans Microsoft Flight Simulator 2020 l’attention portée aux détails dans les intérieurs des avions, reconstruits virtuellement à l’aide de scans laser, des documents de fabrication et des dessins CAO, est étonnamment précise. Mais c’est l’intégration avec les services de carte Bing du monde réel de Microsoft qui emmène cette incroyable simulation dans un tout nouveau …
4.5 1 5 2
• Moyenne • 4.5 • Avis • 2

Your page rank:

À propos de Boris

Dans notre enfance les jeux-vidéos nous ont bercé, ces années ou les consoles 8 Bits étaient au top de la technologie. Heureusement (ou malheureusement) tout ceci est fini, mais il nous reste internet pour nous en souvenir.