Men in Black : The Game

Le titre d’action / aventure MiB 3D est vaguement basé sur la prémisse du film récent : au milieu des années 50, le gouvernement américain a créé une petite agence sous-financée pour modérer les rencontres rapprochées du type extraterrestre. Les quelques personnes qui ont travaillé avec ces agents ont fini par les connaître comme les «hommes en noir», se référant aux costumes simples et discrets qu’ils portaient. Des années plus tard, en 1961, des êtres extraterrestres ont contacté le MiB, faisant ainsi avancer l’agence dans son travail – indépendante du gouvernement et livrée à elle-même. Eh bien, cela fait au moins 35 ans, l’organisation est toujours vivante et c’est là que le jeu commence.

Vous assumez le rôle de James Edwards, mieux identifié comme Will Smith du film. Votre première mission suit le film le plus précisément en ce que vous n’êtes pas encore un agent MiB, mais plutôt un détective piquant de la ville de New York envoyé pour enquêter sur un vol en cours à la 83e et à Broadway – une tâche qui finit par prouver votre mérite de chasser les extraterrestres. Une fois que vous avez terminé cette étape, en apprenant la plupart des compétences dont vous aurez besoin tout au long du jeu, vous serez amené au siège de MiB.

Commencez avec l’un des trois agents

À l’intérieur du QG, vous êtes informé de votre mission, puis vous sélectionnez l’un des trois personnages pour la durée: l’agent J, le détective de New York (Will Smith); L’agent K, l’agent le plus décoré (Tommy Lee Jones); ou l’agent L, la première femme agent et ancienne coroner (Linda Fiorentino). À ce stade, le jeu abandonne l’intrigue du film en introduisant trois nouvelles missions avec deux sous-missions à accomplir. Le premier se déroule dans une station météorologique de l’Arctique, le second en Amazonie, et le troisième au domaine de Skip Frales, un expert en informatique qui a fait fortune à un jeune âge en fabriquant des PC. Dans chaque niveau, vous exécuterez une série de tâches basées sur des missions telles que trouver des cartes-clés, désactiver les systèmes de sécurité, ramasser des idoles, lire des messages et des indices, résoudre des énigmes et combattre des extraterrestres sous la forme de Manitobas, de gros bugs, grenouilles spores, et gris et même ceux qui apparaissent comme des humains, le tout dans le but de reconstituer l’histoire vers une fin. Cependant, bien que les environnements dans lesquels ces activités se déroulent changent, l’action reste à peu près la même.

Un jeu à la Resident Evil?

La perspective, les graphismes et le gameplay de MiB sont similaires à Resident Evil de Capcom, mais seul le look est presque aussi soigné. Le moteur de combat de base, avec une IA manifestement déficiente, vous fait souvent donner des coups de pied à un ennemi à plusieurs secondes d’intervalle alors qu’il reste la plupart du temps stationnaire, se déplaçant occasionnellement vers l’arrière ou vers l’avant, bloquant sans enthousiasme vos coups. Et lors de nombreuses rencontres, appliquer en continu uniquement le high kick finira par désactiver votre rival avec très peu de dégâts pour vous-même. Alors, où réside la frustration? La monotonie du combat manuel et les batailles léthargiques. L’absence de réponse et la paresse générale des commandes (le jeu ne peut être contrôlé que via une entrée au clavier, pas de manettes de jeu autorisées) vous attirent vraiment lorsque vous avez plus d’un tireur à attaquer et que vous avez rien de moins qu’un puissant désatomiseur série 4 ou Pulsar Blaster. Ils tireront sur vous à volonté, en alternant les tours, et ce n’est qu’après la fin de leurs actions que vous pourrez terminer un tir ou frapper votre inventaire pour utiliser un kit de santé et restaurer votre physique écrasé – contrairement à Resident Evil où le combat est en fait en temps réel, ce qui vous donne une chance de vous battre.

MiB serait peut-être plus amusant à jouer si vous pouviez au moins courir rapidement. Par rapport à la facilité avec laquelle vos ennemis se déplacent, vous serez probablement assez irrité de sembler courir dans la mélasse alors qu’ils se rapprochent rapidement de vous. En outre, les commandes sont extrêmement floconneuses et peu fiables lorsque vous essayez de retirer rapidement votre arme ou de la ranger, dans le cas où un extraterrestre serait trop proche pour tirer, mais suffisamment proche pour frapper. Il n’y a aucun défi à être handicapé par le manque de vitesse et le manque de réactivité des commandes; c’est simplement de la frustration. La mauvaise interface place MiB à égalité avec l’ennui de la saisie de données, car beaucoup de vos stratégies ne nécessiteront rien de plus que de la patience, car vous appuyez à plusieurs reprises sur le bouton de tir, en attendant de tirer dans le laps de temps lorsque votre ennemi a fini de vous tirer dessus.

Quelques interactions disponibles

Outre la course et le tir au ralenti, votre personnage sera équipé pour sauter, esquiver, frapper, donner des coups de pied, ainsi que pour examiner des objets, ouvrir des portes, etc. Mais c’est là un autre problème. À moins d’être aligné directement devant votre objet, vous ne pouvez pas agir. Et les sauts sont tout à fait improbables même une fois que vous vous alignez; par exemple, vous ne pouvez pas monter sur une boîte à moins d’être juste en face d’elle.

Conclusion

Dans l’ensemble, il est assez évident que le temps et l’énergie ont été consacrés à la conception de décors et aux animations de personnages médiocres, pas à faire fonctionner le jeu. Du côté positif, au début, le son est assez intéressant. L’immeuble d’appartements de New York vous séduit avec d’excellents sons de rue à l’ambiance urbaine creuse. Mais ensuite, ça va aussi vers le bas, avec les insistants one-liners de votre personnage et la musique en boucle sans fin «moment climatique» qui bouillonne en arrière-plan. De plus, la perspective est floconneuse, en ce sens que lorsque votre personnage est loin, il vous est difficile de voir l’action se déroulant devant lui. Mais tous ces points mis à part, ce qui semble différencier un bon jeu d’un mauvais jeu, c’est que dans le premier, une section difficile peut vous inciter à passer à autre chose, mais vous enseigne également des compétences que vous utiliserez plus tard, vous attirant plus profondément dans le jeu. . Un mauvais jeu a tendance à vous laisser heureux d’avoir terminé avec une partie et de vous demander si cela vaut même la peine de continuer. MiB atterrit sur son visage dans cette dernière catégorie, donnant, à son meilleur, de jolis environnements à regarder tout en cultivant un cas gênant de syndrome du canal carpien, vous laissant implorer un “neuralizer” pour oublier que vous avez déjà joué à ça jeu en premier lieu.

Télécharger Men in Black : The Game

Men in Black : The Game Le titre d’action / aventure MiB 3D est vaguement basé sur la prémisse du film récent : au milieu des années 50, le gouvernement américain a créé une petite agence sous-financée pour modérer les rencontres rapprochées du type extraterrestre. Les quelques personnes qui ont travaillé avec ces agents ont fini par les connaître comme les …
3 1 5 2
• Moyenne • 3 • Avis • 2

Your page rank:

À propos de Boris

Dans notre enfance les jeux-vidéos nous ont bercé, ces années ou les consoles 8 Bits étaient au top de la technologie. Heureusement (ou malheureusement) tout ceci est fini, mais il nous reste internet pour nous en souvenir.