Terminator 3 War of the Machines

Les problèmes de Terminator 3 commencent par ses graphismes. Bien qu’ils comprennent un mélange de cartes contemporaines et post-apocalyptiques, les conceptions de cartes sont mal conçues, ce qui réduit la valeur du gameplay. Vous constaterez que de nombreuses bases n’ont qu’un seul angle d’approche et que de nombreux chemins mènent à des impasses, ce qui crée beaucoup d’espace perdu sur les cartes. Les modèles de personnages offrent un niveau de détail décent, mais ils s’animent extrêmement mal. De plus, il semble que les développeurs aient négligé d’inclure des animations de mort. Lorsque vous tuez un ennemi, il tombe raide sur le dos ou le visage. (Si vous pouvez simplement imaginer pousser un mannequin, vous avez une bonne idée de ce à quoi ressemblent les animations de mort dans Terminator 3.) Bien que cela puisse être excusable dans le cas de tuer l’un des robots Skynet, il n’y a aucune explication pour laquelle les humains de la faction Tech-Com tombent de cette manière. Peut-être que le pire aspect des graphismes de Terminator 3 survient lorsque vous jouez en tant que l’une des machines Skynet sensibles. En tant que robot, votre écran de visualisation est baigné d’une lueur rouge gênante qui le rend difficile à voir. Il n’y a aucun moyen d’arrêter ce gadget. Peut-être que les développeurs ont pensé que vous forcer à voir à travers des lentilles roses pourrait vous faire croire que Terminator 3 n’est pas un jeu horrible.

Les pires effets sonores

Les effets sonores de Terminator 3 sont probablement encore pires que ses graphismes. Les explosions, les mitrailleuses et les fusils d’assaut sont extrêmement discrets, tandis que les voix utilisées pour la communication dans le jeu sont en bois et manquent de toute émotion. Les explosions laser des armes Skynet ne sont pas meilleures et semblent très ringardes.

Guerre de deux factions

Comme mentionné, il existe deux factions : les machines sensibles, connues sous le nom de Skynet, et les humains, appelés Tech-Com. Chaque côté a une petite poignée de classes qui incluent des rôles de base, comme les tireurs d’élite et les spécialistes des armes lourdes, mais le côté Skynet propose quelques classes intéressantes qui ne sont pas disponibles pour le côté Tech-Com. L’un d’eux est l’infiltré, qui ressemble à un humain, porte des armes humaines et a la capacité de conduire des véhicules humains. L’infiltrateur n’est pas aussi sournois qu’on pourrait le penser, cependant. Si vous êtes du côté Tech-Com, passer votre curseur sur un infiltré révélera immédiatement qu’il s’agit d’un ennemi, rendant ainsi sa ruse transparente et la rendant finalement plutôt inutile. Les joueurs de Skynet peuvent également apparaître en tant que char armé de deux miniguns, ou ils peuvent apparaître en tant que véhicule FK, qui est un petit aéroglisseur armé de lasers et de missiles. Le FK est l’unité la plus mobile du jeu, mais il n’a pas la capacité de capturer des bases.

Pas de mode solo, juste des cartes

Il n’y a pas de campagne solo dans Terminator 3 : War of the Machines. Dans le menu, une liste des 12 cartes du jeu vous est simplement présentée et aucune autre option n’est proposée. Vous n’êtes pas autorisé à jouer contre l’ordinateur en mode match à mort en équipe ou en mode mission, car, apparemment, l’IA du jeu est programmée pour ne gérer que le mode de terminaison, qui est fondamentalement le même que le mode conquête de Battlefield 1942 où les équipes se battent pour le contrôle de diverses bases sur la carte. Vous ne pouvez même pas définir une limite de temps spécifique pour les jeux solo ! Le bot AI est assez décent pour décider quelles bases sont appropriées pour attaquer, mais ils offrent très peu de défi en ce qui concerne les combats réels. Tout joueur de tir expérimenté devrait facilement accumuler un nombre astronomique de victoires. Il convient également de noter que les bots n’utilisent pas beaucoup les véhicules, et quand ils le font, ils ont beaucoup de mal à naviguer même sur les cartes simples.

Et coté multijoueur?

Du côté multijoueur, il y a très peu de gens qui jouent en ligne, et il n’y a pas de serveurs dédiés disponibles. Pour un jeu sans mode solo significatif, il est honteux pour Atari de ne pas avoir configuré ne serait-ce qu’un seul serveur dédié pour le jeu. À tout moment, vous trouverez de deux à cinq serveurs Terminator 3, qui semblent tous être hébergés sur l’ordinateur personnel de quelqu’un. Dans notre expérience de test en ligne, nous avons fréquemment constaté que nos pings montaient à plus de 700 ms, ce qui rend la visée à peu près impossible. Même si vous avez la chance de jouer à un ping constant de 100 ms, la détection de coup fonctionne à peine.

Conclusion

Ce n’est pas souvent que nous rencontrons un jeu qui a si peu de valeur rédemptrice, mais Terminator 3: War of the Machines fait l’affaire. Avec ses graphismes et son son ternes, ses cartes mal conçues, son code réseau de mauvaise qualité et aucun support communautaire en ligne de la part de son éditeur, Terminator 3 aurait dû être arrêté depuis longtemps dans le processus de production. Malheureusement, personne n’a eu le courage de dire “Hasta la vista, baby!” au projet.

Télécharger Terminator 3 War of the Machines

Terminator 3 War of the Machines Les problèmes de Terminator 3 commencent par ses graphismes. Bien qu’ils comprennent un mélange de cartes contemporaines et post-apocalyptiques, les conceptions de cartes sont mal conçues, ce qui réduit la valeur du gameplay. Vous constaterez que de nombreuses bases n’ont qu’un seul angle d’approche et que de nombreux chemins mènent à des impasses, ce qui …
2 1 5 2
• Moyenne • 2 • Avis • 2

Your page rank:

À propos de Boris

Dans notre enfance les jeux-vidéos nous ont bercé, ces années ou les consoles 8 Bits étaient au top de la technologie. Heureusement (ou malheureusement) tout ceci est fini, mais il nous reste internet pour nous en souvenir.