Command & Conquer : Red Alert 3

Voici donc la configuration, racontée dans une cinématique hystérique suractivée qui aurait pu être extraite directement d’un mauvais film de science-fiction: les dirigeants russes, y compris le premier ministre remontent le temps pour tuer Albert Einstein. La théorie est que cela changera le cours de l’histoire, amenant l’Union soviétique à dominer en tant que puissance mondiale. Au lieu de cela, cette falsification du temps donne lieu à une nouvelle menace, l’Empire du Soleil Levant.

3 factions au choix

Les trois factions – Soviétiques, Alliés et Empire – sont amusantes à jouer, et bien qu’elles ne soient pas radicalement différentes les unes des autres, elles sont suffisamment distinctes pour que chacune d’elles se sente fraîche. Par exemple, les structures alliées ne peuvent être placées qu’après avoir été entièrement complétées dans la file d’attente de construction (un mécanicien C&C standard), tandis que les raffineries soviétiques peuvent être placées immédiatement et assemblées par la suite. La nouvelle faction de la franchise, Empire of the Rising Sun, est encore plus flexible à cet égard, mais elle nécessite également un peu de microgestion. Dans ce cas, vous mettez en file d’attente des nacelles véhiculaires mobiles appelées noyaux qui se déploient ensuite dans la structure appropriée. De plus, la plupart des structures de l’Empire (à l’exception des tourelles défensives) peuvent être placées n’importe où sans les entraves d’une base proche, ce qui en fait le choix facile pour les joueurs qui aiment établir une présence précoce sur toute la carte. Bien sûr, ces différences s’étendent aux raffineries de minerai, mais dans tous les cas, la collecte des ressources est plus mesurée que dans les jeux C&C précédents. Les champs de gemmes ont disparu, ce qui fait des mines de minerai votre seule source de revenus. La méthode de mise en œuvre est un départ pour la franchise Red Alert, étant donné qu’elle signifie généralement un rapport de un à un entre les collecteurs de minerai et les raffineries et un rythme plus lent qui en résulte.

Une économie plus lente mais bien pensée

Néanmoins, une économie plus lente ne rend pas le jeu moins explosif, et chaque faction possède un certain nombre d’unités impressionnantes à jeter dans la mêlée. Certains d’entre eux, tels que les chiens d’attaque et les soldats de la flak, sont des reportages de jeux précédents. Mais peu importe que vous utilisiez des unités familières ou de nouvelles, les affrontements sont enflammés et tendus, surtout lorsque vous avez saisi les nuances du mode secondaire de chaque unité. Cela est particulièrement vrai lorsque vous jouez l’Empire, étant donné que la plupart de ses unités sont plus que ce que vous voyez; ils se transforment entre deux états distincts avec des forces différentes. Par exemple, le mecha tengu peut attaquer l’infanterie depuis le sol ou faire un service anti-aérien dans les cieux. Cette flexibilité se traduit par la plupart des unités Empire, ce qui les rend amusantes à utiliser tant que votre doigt plane près de la touche F de votre clavier, qui permet de basculer entre les capacités des unités.

Un gameplay amusant

Cela ne veut pas dire que les unités soviétiques et alliées ne sont pas tout aussi amusantes à utiliser. Toutes les factions utilisent des unités terrestres, aériennes et navales, beaucoup d’entre elles effectuant un double service dans l’eau et sur terre. Par exemple, le ouaouaron soviétique toujours utile peut transporter des troupes sur terre et sur l’eau (et peut de manière amusante cracher de l’infanterie sur une bonne distance avec son homme-canon). Les escarmouches de fin de partie rassemblent les meilleures unités, comme le porte-avions allié, qui envoie un escadron de drones dans la mêlée et est l’une des unités navales les plus autonomes de Red Alert 3. La campagne présente ces unités avec style, et la taille à laquelle certaines de ses cartes s’étendent vous occupera souvent sur toute la carte, en particulier pendant les missions finales effrénées.

Un co-commandant en plus

La torsion du gameplay dans la campagne est l’ajout d’un co-commandant. Si vous jouez seul, cette position sera accordée à un joueur IA d’un bon niveau de compétence, et vous pourrez émettre des commandes de base en un clic, telles que «tenir cette place» ou «attaquer cette structure». Il existe également des commandes contextuelles lorsque les objectifs de la mission deviennent plus complexes et nécessitent des actions très spécifiques, telles que la destruction d’un réacteur ou la capture d’un bâtiment. Cet ajout donne aux plus grandes missions de campagne une sensation merveilleusement dramatique, avec des engagements dispersés sur la carte impliquant non seulement vos propres unités, mais aussi des unités amies. Il ajoute également un peu plus de punch aux missions légères de résolution d’énigmes si communes au genre (“prenez ces trois unités et suivez ces instructions spécifiques”), car cela nécessite l’aide de votre compatriote. D’un autre côté, cela rend la campagne plus facile que prévu, car votre camarade IA vous fera généralement gagner suffisamment de temps pour reconstruire si vous faites une erreur coûteuse.

Mais comme pour la plupart des jeux, il vaut mieux ajouter un véritable ami que de faire face aux décisions parfois discutables d’un coéquipier artificiel, et le plus grand atout de Red Alert 3 est sa campagne coopérative, une première dans le genre. Si vous choisissez cette voie, votre partenaire en ligne (le jeu coopératif n’est pas disponible sur un réseau local) assumera le rôle que l’IA ferait autrement, rendant les objectifs spécifiques mentionnés ci-dessus encore plus satisfaisants. C’est un régal de jouer de cette façon, et comme vous pouvez l’imaginer, terminer une mission avec un homologue réel est plus convaincant; il est étonnant que les jeux de stratégie n’aient pas encore tenté ce genre d’aventure. Malheureusement, faire entrer un autre joueur dans le match est un peu fastidieux. Vous devez choisir la mission, puis entrer dans le lobby en ligne pour émettre l’invitation, et lorsque vous invitez le joueur, le jeu ne propose aucun retour pour vous faire savoir que l’invitation a été envoyée. Le joueur invité reçoit une fenêtre contextuelle de notification et un avis d’invitation, bien qu’il y ait des moments où l’invité ne recevra pas d’invitation émise, sans raison discernable.

Jouez en coop

Bien que la campagne solo / coopérative soit excellente, le mode multijoueur devrait donner à Red Alert 3 la même longévité que Tiberium Wars et Kane’s Wrath. C’est là que les forces et les faiblesses de chaque unité deviennent claires, et où les différences de faction distinctes sont encore plus palpables. Par exemple, si vous jouez l’Empire, vous constaterez que le manque d’unités anti-aériennes en début de partie vous rend extrêmement vulnérable aux attaques alliées. En conséquence, le harcèlement immédiat de la base est pratiquement nécessaire, à moins que vous ne souhaitiez que vos collecteurs de minerai et vos raffineries fassent face à une retraite anticipée pendant que vous dépensez des fonds en technologie qui débloquera les unités nécessaires. Par rapport aux précédents jeux Command & Conquer, les matchs de Red Alert 3 sont plus mesurés, grâce à une économie plus lente. Cela signifie moins de rushes précoces et une plus grande importance sur le dépistage, ainsi qu’une meilleure chance d’intégrer les unités les plus intéressantes dans le mélange. Les pouvoirs spéciaux qui changent la donne peuvent être terriblement dévastateurs et changer radicalement le cours du match.

Des graphismes à la hauteur

Il y a 28 cartes sur lesquelles jouer, un nombre impressionnant en effet. Les meilleurs d’entre elles, telles que Secret Shrine et le savamment nommé Reef Madness, mélangent agréablement les combats terrestres, maritimes et aériens grâce à un terrain varié qui encourage des mélanges d’unités divertissants. Dans l’ensemble, Red Alert 3 est, à quelques exceptions près, relativement bien équilibré et donc un choix évident pour les stratèges compétitifs qui souhaitent montrer leurs prouesses au combat en ligne. Les matchs d’échelle et de clan sont disponibles et fonctionnent à peu près de la même manière que dans Command & Conquer 3, et comme auparavant, l’option BattleCast en jeu vous permet de diffuser votre jeu à d’autres, permettant même à quelqu’un de fournir à la volée. Comme C&C 3, il est même livré avec des outils qui vous permettent de dessiner directement sur le match en cours comme un commentateur sportif. Si vous avez besoin de pratique hors ligne, vous pouvez affronter l’IA, bien que les courtes intros vidéo en direct qui obscurcissent la mini-carte lorsque vous rencontrez un adversaire étaient une mauvaise idée ici. Ces portraits sont une caractéristique amusante de la campagne, mais sont ennuyeux lors d’escarmouches autonomes lorsque le besoin d’une mini-carte fonctionnelle remplace de loin tout amusement que ces scènes fournissent.

Quelques petits soucis

L’expérience globale de Red Alert 3 est bruyante, mais elle manque de la rigueur technique des derniers jeux Command & Conquer. La recherche de trajectoire est probablement le problème le plus notable et le plus ennuyeux, en particulier lorsque des unités amphibies sont impliquées. Les unités se bloquent en jogging contre un mur ou en s’arrêtant au bord d’un plateau, et l’ajout d’eau au terrain semble les confondre encore plus. Nous avons également rencontré un certain nombre de problèmes: les unités se sont accrochées aux ponts et sont restées bloquées, ont effectué des animations incorrectes (par exemple, les unités nageaient à travers la terre), et dans plusieurs jeux d’escarmouche, nous pouvions retirer la caméra indéfiniment jusqu’à ce que l’écran devienne noir.

Un jeu riche en couleur

Les visuels de Red Alert 3 sortent de l’écran. Les couleurs sont vives, et donc parfaitement adaptées à la gaieté du jeu dans votre visage. Les cartes tropicales sont baignées de lumière dorée et des parasols multicolores parsèment les rives, contribuant et contrastant avec la splendeur visuelle des réservoirs qui explosent. Ils présentent également peut-être les meilleurs effets d’eau jamais vus dans un jeu RTS, et la lumière du soleil danse agréablement sur les vagues turquoise. Les effets électriques tels que ceux émis par les bobines de Tesla méritent également une mention particulière pour le flashiness de leurs violents zaps. Les unités sont détaillées et les plus inhabituelles ont l’air vraiment cool, donc bien que Red Alert 3 ne pousse pas beaucoup de polygones, son joli design apporte un look moderne à une franchise plus ancienne tout en fonctionnant correctement sur une variété de systèmes. Une caractéristique graphique intéressante est le contour jaune qui entoure les unités sélectionnées, ce qui est un choix soigné mais une épée à double tranchant. D’une part, il vous permet d’identifier facilement votre propre sélection à l’écran et peut être un repère visuel bienvenu. D’autre part, le contour est un peu trop épais, ce qui rend difficile l’identification du type d’unités que vous avez sélectionné. Cela facilite également la confusion si un compétiteur choisit le jaune comme couleur de son unité dans un match multijoueur.

La bande son n’est pas en reste

En plus des visuels dynamiques, une bande-son optimiste comprend un mélange amusant de musique ambiante et de signaux de bataille à bascule, sans parler d’un éventail d’explosions bruyantes. Bien que la plupart d’entre eux ne soient pas remarquables, il y a de véritables points forts utilisés pendant la campagne, comme une piste new-age fluide utilisée dans les missions soviétiques, et quelques joyeux thèmes d’inspiration asiatique qui ont créé l’ambiance pendant la campagne de l’Empire. Et que serait un jeu Command & Conquer sans réponses amusantes des unités?

Conclusion

Quelques problèmes mis à part, la campagne coopérative de Red Alert 3 et la nouvelle faction offrent beaucoup de plaisir aux joueurs. Ce n’est pas exactement la prochaine étape du genre, mais c’est une évolution élégante et divertissante d’une franchise classique qu’il est difficile de ne pas aimer. Rassurez-vous, cet extérieur original masque une campagne forte et un composant multijoueur tout aussi substantiel qui vous occupera.

Télécharger Command & Conquer : Red Alert 3

Command & Conquer : Red Alert 3 Voici donc la configuration, racontée dans une cinématique hystérique suractivée qui aurait pu être extraite directement d’un mauvais film de science-fiction: les dirigeants russes, y compris le premier ministre remontent le temps pour tuer Albert Einstein. La théorie est que cela changera le cours de l’histoire, amenant l’Union soviétique à dominer en tant que puissance …
4.5 1 5 2
• Moyenne • 4.5 • Avis • 2

Your page rank: