Valheim

Sortant des brumes pour prendre d’assaut le genre d’artisanat de survie, tout comme les guerriers vikings dont il s’inspire, Valheim parvient à transformer une formule que nous avons tous vue à maintes reprises en quelque chose qui ressemble davantage à un territoire inexploré – même en accès anticipé. Que l’on navigue sur les mers scintillantes sur notre navire robuste ou que l’on plonge profondément dans des donjons sombres à la recherche d’un trésor, le combat difficile, le style artistique attachant et la bande-son morose créent un monde délicieux et passionnant à habiter. Il est coupable de devenir un peu grincheux, surtout plus tard, mais l’exploration enrichissante et les rencontres mémorables avec ses divers dangers aident à donner un sens à tout ce travail occupé.

Depuis même avant Minecraft, nous avons fait cette routine d’ouverture d’innombrables fois : seul ou avec jusqu’à neuf amis, vous abattez des arbres. Vous tuez des animaux. Vous fabriquez de nouveaux outils pour pouvoir abattre des arbres et mieux tuer les animaux. Cela rend difficile, au début, de déterminer pourquoi Valheim fonctionne si bien et se démarque tellement des dizaines d’autres jeux comme celui-ci. C’est beaucoup de petites choses subtiles… et quelques-unes moins subtiles.

Une ambiance féérique

L’art et le design du monde sont certainement en haut de cette liste. Il a un look délibérément lo-fi avec des textures pixelisées et peu de polygones à contourner. Mais même ainsi, c’est vraiment un beau jeu. Chaque créature, rayon de soleil et colline boisée est rempli d’une sorte d’ambiance de conte de fées qui m’a donné envie de me perdre dans ses régions générées de manière procédurale. Et il y a beaucoup de choses à se perdre, des prairies paisibles aux bois effrayants et infestés de monstres aux montagnes enneigées. Chaque fois que je générais une nouvelle carte, elle m’impressionnait par son échelle et par son apparence qui aurait pu être faite à la main. En raison de la sensation naturaliste et nord-européenne, il semble très cohérent et authentique.

Donjons et Dragons

Les plus gros monstres de Valheim sont très bien conçus dans leur simplicité. Notre première rencontre avec un troll a été une expérience mémorable et terrifiante. Certaines de nos aventures les plus excitantes sont nées simplement en essayant de comprendre comment aller d’un point A à un point B sans être écrasé. Pour atteindre la deuxième arène de boss, en raison de la façon dont notre monde a été généré, on a dut remonter une rivière extrêmement étroite qui coulait entre deux biomes de montagne glacials, ce qui nous a fait subir des dégâts constants de gelures. Malheureusement, dans la partie la plus froide du canyon, on découvre que la voie navigable était en fait devenue trop étroite pour mon navire. on bondi à l’extérieur, l’air hivernal ébranlant la barre de santé, et on a frénétiquement frappé les rochers voxels du lit de la rivière en essayant de créer un canal assez large pour me laisser passer.

Certains de ces ingrédients sont bien sûr meilleurs que d’autres. Les Nains gris presque omniprésents de la Forêt-Noire sont une gêne indiscutable, comme les mouches que vous devez constamment chasser. On aurait aimé claquer des doigts et voir peut-être la moitié d’entre eux supprimés de l’existence. Malheureusement, on a pas trouvé des roches spatiales magiques pour notre gantelet pour l’instant.

De longue bataille de boss

À l’autre extrémité de ce spectre se trouvent les combats de boss satisfaisants, mouvementés et dramatiques qui guident la progression de Valheim. Ceux-ci démontrent vraiment les forces de son combat : il y en a cinq dans cette version à accès anticipé, sur les neuf prévues, eton en a affronté quatre au cours des 40 heures et plus. Non seulement ils servent de point culminant à chaque domaine et niveau de technologie, mais ils sont vraiment agréables et difficiles à vaincre. Chacun est une avancée majeure dans le défi du précédent, et les troisième et quatrième boss se sentent presque absurdes à affronter en solo. Prévoyez certainement d’apporter une sauvegarde et vous passerez un bien meilleur moment.

Les donjons aléatoires

Les donjons aléatoires sont également un régal, des tumulus vikings jonchés d’os qui m’ont rappelé Skyrim aux cryptes inquiétantes qui rappellent les zones de morts-vivants des Dark Souls d’origine. Vous aurez besoin d’une torche pour les parcourir, et ils sont pleins de monstres, de trésors et de matériaux d’artisanat que vous ne pouvez pas obtenir dans le surmonde. Chacun est une belle petite pause par rapport aux tâches parfois fastidieuses que vous effectueriez au-dessus du sol.

Retour à la mouture

Comme pour la plupart des jeux d’artisanat de survie, Valheim peut devenir un peu frustrant. Récolter suffisamment de minerai ou de déchets métalliques pour obtenir un nouvel ensemble d’équipement peut littéralement prendre des jours dans le monde réel. Certaines zones ultérieures nécessitent certains consommables, comme l’hydromel résistant au poison ou au gel, pour y survivre, ce qui signifie que vous devez faire beaucoup de collecte et de brassage à chaque fois que vous souhaitez les visiter. Cela va dans les deux sens, car cela sert à les rendre plus excitants et dangereux, mais ajoute également une couche d’anxiété et de travail de préparation répétitif à l’exploration alors que vous regardez votre approvisionnement en hydromel diminuer. Ne pas pouvoir accéder à une nouvelle zone par besoin de devenir plus fort pour battre un troll, c’est cool. Ne pas pouvoir accéder à une nouvelle zone car il faut attendre que les abeilles fassent plus de miel ? Pas tellement.

Un jeu connecté à son monde

C’est vraiment l’un des petits trucs les plus intelligents de Valheim pour que votre personnage se sente plus vivant et connecté au monde, et il se distingue des routines de progression RPG à l’ancienne où l’expérience se traduit par des niveaux, qui se traduisent par plus de points de vie et de l’énergie. Il y a quelque chose de vraiment satisfaisant et d’approprié sur le plan thématique à partir pour combattre le mal avec un estomac plein, une bonne nuit de repos et un flacon plein d’hydromel revigorant à boire. Et cela évite également l’une des choses les plus ennuyeuses à propos des systèmes de faim dans d’autres jeux : avoir faim ne vous tuera jamais ou ne vous empêchera jamais de pouvoir chasser et cueillir. Vous ne voudrez tout simplement pas vous battre avec quelque chose de plus fort qu’un squelette à jeun.

Construisez votre chez-vous

Construire votre propre village viking peut être un moyen décent de passer des heures à attendre ces abeilles. Bien que Valheim soit basé sur des voxels, l’effet que vous pouvez avoir sur le terrain est également beaucoup plus limité que quelque chose comme Minecraft. Vous pouvez élever et abaisser le terrain d’une certaine quantité, mais ce n’est pas très précis. L’outil pour niveler une zone à construire était particulièrement insatisfaisant à utiliser, car il ne semblait jamais pouvoir obtenir une note agréable et uniforme, peu importe combien on jouait avec. Cela signifie que tous les bâtiments flottaient en partie au-dessus du sol, ou que la saleté en dessous passait à travers les planches à certains endroits.

En dehors de cela, les structures que vous pouvez construire sont confortables et convenablement nordiques. Ils sont assemblés à partir d’une collection de pièces préfabriquées qui limitent quelque peu votre liberté stylistique, mais garantissent également que les choses que vous construisez ont vraiment l’air d’appartenir à ce monde. Quand on passe à des projets plus importants, il faut même commencer à penser aux poutres de support et aux murs porteurs, ce qui était une petite touche d’immersion bienvenue.

Conclusion

Valheim a créé un monde dans lequel l’on est toujours joyeux de vivre et de découvrir davantage. C’est définitivement un jeu de survie traditionnel dans l’âme, ce qui signifie que plus vous avancez, plus vous devez supporter un broyage fastidieux avant de pouvoir revenir aux bonnes parties. Mais même lors de son lancement en accès anticipé, ces bonnes parties sont déjà très bonnes, surtout lorsque vous prenez la mer ou testez vos compétences contre ses imposants boss. Et l’art et la musique simples mais exceptionnels créent un fort sentiment d’appartenance pour tout faire.

Télécharger Valheim

Valheim Sortant des brumes pour prendre d’assaut le genre d’artisanat de survie, tout comme les guerriers vikings dont il s’inspire, Valheim parvient à transformer une formule que nous avons tous vue à maintes reprises en quelque chose qui ressemble davantage à un territoire inexploré – même en accès anticipé. Que l’on navigue sur les mers scintillantes …
5 1 5 2
• Moyenne • 5 • Avis • 2

Your page rank:

À propos de Boris

Dans notre enfance les jeux-vidéos nous ont bercé, ces années ou les consoles 8 Bits étaient au top de la technologie. Heureusement (ou malheureusement) tout ceci est fini, mais il nous reste internet pour nous en souvenir.