F1 2013

Le jeu précdédent F1 2012 a représenté le point culminant satisfaisant de plusieurs années de simulations de F1 de plus en plus bonnes. Avec peu de marge pour un jeu conçu pour s’adapter au matériel de console de la génération actuelle, F1 2013 de cette année est une édition largement itérative. Le contenu de base de la saison en cours semble surtout familier et la course elle-même a bénéficié de modifications plutôt que de révisions. Les efforts de Codemasters ici se concentrent sur l’insertion de recréations de qualité de voitures classiques, de pilotes et de circuits des années 80 et 90, même si on n’a jamais vraiment l’impression qu’ils sont utilisés à leur plein potentiel. Le résultat global est une ode admirable à la F1 et un excellent jeu de course à lui tout seul, mais qui risque de décevoir les propriétaires de F1 2012 et de laisser les fans de F1 classique un peu insatisfaits.

Des circuits bien modélisés

C’est une affaire de statu quo en mode Carrière (et les modes écran partagé à deux joueurs et multijoueur en ligne à 16 joueurs qui l’accompagnent) où vous passerez probablement la majeure partie de votre temps. Les choses restent pour la plupart inchangées ici, des 20 circuits à votre pilote et des cinq autres membres de l’équipe pour une course bien organisée. Le Young Driver’s Test revient de F1 2012 et vous propose une batterie de tests sur deux jours sur le circuit Yas Marina d’Abu Dhabi. De là, vous pourrez attaquer le mode carrière de F1 2013; gazon bien exécuté mais familier. Ceux qui préfèrent se glisser dans la combinaison ignifuge d’un pilote de F1 existant peuvent le faire en mode Grand Prix et courir soit les GP individuels de leur choix, soit la saison 2013 proprement dite. La capacité de le faire a été déroutante par rapport à la F1 2012, c’est donc agréable de la voir revenir.

Des défis vous attendent

L’ajout de sauvegardes à mi-session signifie que vous n’avez pas besoin d’épargner plusieurs heures consécutives pour vous attaquer à un GP de course sur une distance complète. Même les joueurs qui manquent de temps et qui souhaitent faire l’expérience de l’intensité accrue d’un GP complet de 305 kilomètres (et la cohérence, la stratégie et les compétences qu’ils exigent) peuvent désormais le faire. C’est une nouvelle fonction très appréciée, mais il s’agit de la seule modification notable.
Ceux qui recherchent quelque chose d’un peu différent du slog du mode Carrière devraient se tourner vers le mode Scénario, qui vous met au défi de réussir à atteindre un objectif dans une série de situations personnalisées (comme surmonter une pénalité de 10 secondes pour toujours avoir une avance sur votre coéquipier par exemple). Il y en a 20 et ils sont assez amusants.

Des courses personnalisables

Bien qu’il n’y ait pas eu beaucoup de bricolages avec le mode Carrière principal lui-même, il y a eu des massages plus subtils en ce qui concerne la manipulation. Les voitures de F1 2013 se sentent un peu plus coopératives au freinage; plus de contrôle signifie que vous pouvez attaquer les virages avec plus de confiance. Les choses à la limite se sentent d’une précision crédible, récompensant une direction douce et une utilisation réfléchie de l’accélérateur et punissant toute contraction. F1 2013 s’adresse toujours à un large éventail de joueurs avec de nombreuses aides à la conduite et des options de difficulté de l’adversaire réglables, que vous souhaitiez une expérience épuisante et déchiquetée ou une course plus prévisible, semblable à une arcade.

Des graphismes soignés

Les différences esthétiques entre la F1 2013 et la F1 2012 sont assez minimes, mais cela signifie au moins que cela a l’air bien. Les effets du temps humide, en particulier, sont uniformément excellents et les voitures restent particulièrement nettes (bien que la modélisation des dégâts soit encore loin d’être aussi impressionnante que Codemasters est capable de le faire dans ses autres jeux). Les pistes elles-mêmes, cependant, ont toujours tendance à paraître trop propres et à manquer de nuance. Les pilotes de F1 d’aujourd’hui sont peut-être nés et élevés dans des laboratoires de haute technologie sans tache, mais les pistes sur lesquelles ils courent sont exposées aux éléments. Ils ne ressentent pas cela en F1 2013; Parfois, ils se sentent comme des fac-similés stériles plutôt que comme des étendues d’asphalte bien maltraitées.

Retour aux sources

Les caractéristiques de conduite des voitures des années 80 ne diffèrent pas seulement beaucoup des voitures 2013, elles diffèrent également beaucoup les unes des autres. Il y a cinq voitures incluses de tout au long des années 80, de la Williams 1980 d’Alan Jones à la Ferrari 1988 de Gerhard Berger, et elles se sentent toutes plus crues; vous devez vraiment lutter avec elles pour les amadouer d’un coin à l’autre. Ces voitures classiques sont certainement mieux expérimentées, bien rangées dans le cockpit plutôt que depuis la caméra de poursuite. C’est là que vous pouvez non seulement apprécier leurs notes sonores de moteur plus en colère, mais aussi découvrir la nature plutôt spartiate d’une position de conduite dépourvue de tous les instruments, sauf des instruments les plus cruciaux, dépourvue des cadrans électroniques et des LED clignotantes d’aujourd’hui.
Elles ont également fière allure à l’extérieur, hérissées d’un caractère que la science a plus ou moins éliminé des F1 d’aujourd’hui. La publicité sur le tabac susmentionnée est naturellement absente, mais offre la vue de ces deux à trois décennies d’icônes de course déchirante.

Les différents modes

Le mode classique est livré avec ses propres modes GP, contre-la-montre et scénario pour vous garder occupé, mais malheureusement, il ne faudra pas longtemps avant qu’il ne soit à court de bouffée. Le problème est que l’approche des plus grands succès est acceptable, mais elle n’a pas l’impression d’être pleinement exploitée. Vous pouvez exécuter les GP sur les deux parcours classiques (Brands Hatch ou Jerez) ou sur les circuits de 2013, mais la nouveauté s’estompe rapidement. Ils sont limités à seulement 10 voitures, et le pur fantasme d’opposer les véhicules à près de 10 ans d’intervalle les uns contre les autres, par opposition à une approche centrée sur une seule et mémorable saison, divisera les puristes de la F1.

Le mode scénario ici tombe également un peu à plat avec des défis qui ne grésillent pas particulièrement. Au lieu d’essayer de revivre des batailles classiques ou d’imiter des performances incroyables, il ne s’agit en réalité que d’une série de défis simples de battement de tous les autres. Pire encore, deux d’entre eux sont simplement le mode GP existant déguisé. Retenir les voitures les plus rapides pour gagner dans une Williams de 1980 ou dépasser le peloton pour gagner dans une Ferrari de 1988 est précisément ce que vous feriez si vous veniez de sélectionner ces voitures dans le mode GP normal.

Dans l’ensemble, le mode classique est un aperçu de quelque chose de grand, bien qu’il ne se compare pas au NBA 2K11 Jordan Challenge de 2K lorsqu’il s’agit de nous donner la chance de revivre les plus grands moments et les triomphes mémorables du sport. Une note supplémentaire : l’étrange filtre de type sépia que Codemasters a (facultativement) appliqué en mode classique est un peu étrange; ce n’est pas vraiment moche, mais cela semble assez déplacé. C’est les années 80, pas les années 50. Impressionnant, cependant, le mode classique est hébergé par la royauté de F1 Murray Walker. Il est utilisé avec parcimonie (cela aurait été incroyable de le faire commenter des débats comme les matchs de F1 d’autrefois) mais c’est fantastique de l’impliquer.

Conclusion

Difficile mais gratifiant, F1 2013 n’est pas une amélioration surprenante par rapport à F1 2012 déjà robuste. Il a l’air bien, sonne bien, se sent bien et regorge de choses à faire. Plus que jamais, F1 2013 nécessite la bonne combinaison de patience, de finesse et d’agressivité pour se frayer un chemin vers vos objectifs (ce qui ne sera pas toujours une victoire pure et simple, et les courses en sont d’autant plus crédibles). Le nouveau contenu classique ne monte finalement pas assez haut pour justifier l’achat seul pour les propriétaires de F1 2012, mais, combiné au contenu existant bien rodé, F1 2013 est un package très complet et satisfaisant dans l’ensemble.

Télécharger F1 2013

F1 2013 Le jeu précdédent F1 2012 a représenté le point culminant satisfaisant de plusieurs années de simulations de F1 de plus en plus bonnes. Avec peu de marge pour un jeu conçu pour s’adapter au matériel de console de la génération actuelle, F1 2013 de cette année est une édition largement itérative. Le contenu de base …
4.5 1 5 2
• Moyenne • 4.5 • Avis • 2

Your page rank:

À propos de Boris

Dans notre enfance les jeux-vidéos nous ont bercé, ces années ou les consoles 8 Bits étaient au top de la technologie. Heureusement (ou malheureusement) tout ceci est fini, mais il nous reste internet pour nous en souvenir.