Accueil Sport Pro Evolution Soccer 2016 (PES 2016)

Pro Evolution Soccer 2016 (PES 2016)

Pro Evolution Soccer est de mieux en mieux en terme de représentation de l’atmosphère réelle d’un match mais il est toujours à la traîne par rapport à FIFA dans certains domaines clés.
Les commentateurs de cette année sont Peter Drury et Jim Beglin et sont tout juste passable lorsque vous avez acquis une licence en équipes de la Ligue des Champions. Au bout de quelques minutes vous vous lasserez surement de ces commentaires génériques et répétitifs ou de leur absence lors des actions.
En fait, il y a quelque chose de légèrement déprimant lorsqu’ils disent que votre attaquant a un grand espace ouvert devant lui alors qu’il est harcelé par trois défenseurs, ou que le match est terminé lorsque l’équipe adverse est à deux buts avec encore trente minutes de jeu. Pourtant, lorsque tout va bien sur le terrain, les commentaires restent corrects et se fanent dans l’ambiance.

Améliorations des moteurs physique et graphique

Outre ces petits problèmes sonores, Pro Evolution Soccer 2016 a fait de grand progrès dans certains domaines tels que la physique de balle, les contrôles intelligents et les interactions des joueurs qui se réunissent pour faire un jeu plus crédible, regardez Messi, Neymar ou Karim Benzema jouer et vous serez étonné de voir à quel point le nouveau PES reproduit la réalité en termes de rythme, de démarche et de contrôle de la balle.
Les interactions irréalistes entre joueurs étaient l’un des plus grands échecs de PES 2015 mais Konami les ont transformé en l’un des plus grands triomphes de cette année. FIFA plutôt bien géré ce genre de choses pendant des années mais PES 2016 prend un autre niveau.
Les joueurs se bousculent pour la balle, se taclent etc, tout en ayant un déplacement réaliste qui est étrangement convaincant. Les interactions avec le ballon sont aussi plus dynamiques et un peu imprévisibles, ce qui rend chaque tentative pour attraper une passe rapide un moment passionnant.
L’image est fidèle mais PES en zoom arrière ne rivalise pas avec les graphisme de FIFA qui sont plus détaillés mais la combinaison des animations et le superbe rendu de peau, du tissu, des cheveux et de l’éclairage dans les vues en gros plan donne un plus à PES. Les effets météos sont assez bons, avec la pluie ayant un impact évident sur les distances d’arrêt et le rythme du ballon.
Tout de même, PES n’est pas parfait. En fait, son point faible, là ou FIFA prend sa force, est la défense. Parfois, les joueurs semblent incroyablement serrés, tandis que d’autres fois c’est une passoire.
Parfois, personne ne marque de but pendant 90 minutes, tandis que d’autres matchs se transforment en une fêtes de but de bout en bout. La défense de la FIFA est beaucoup plus cohérente, son positionnement et le suivi des joueurs adverses est plus intelligent.

Conclusion

PES a encore du mal à égaler FIFA sur l’ambiance du match, la présentation, l’accessibilité et les commentaires, toutes les zones où Konami pourrait et devrait faire mieux.
Pourtant, c’est un jeu de football fantastique, avec des graphiques brillants, de superbes animations, des mouvements physiques du ballon et les interactions entre joueurs convaincantes. Il a encore des problèmes avec la défense et gardien de but mais si vous voulez de l’adrénaline et de l’excitation dans un jeu, PES de cette année est le seul à acheter.

Médias

 

Pro Evolution Soccer 2016 (PES 2016)
Rate this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *