Crashday

Si vous deviez mélanger la série FlatOut de jeux de course de démolition et la franchise TrackMania de Nadeo, puis éliminer systématiquement tous les aspects les plus attrayants des deux titres, vous auriez l’équivalent de base de Crashday. Ce n’est pas que le jeu soit terrible, mais si peu de choses semblent authentiques ou originales; il s’agit plutôt d’un clone bon marché et piraté des titres susmentionnés. Et en plus, ce n’est même pas un clone particulièrement bon. Les modes de course du jeu manquent de cohérence – sans parler d’excitation – et les modes cascade et combat tombent à plat.

Sans trop de frissons

Une fois que vous réalisez qu’il vaut mieux ignorer la prémisse et que vous vous lancez réellement dans le jeu, vous trouverez un gameplay aussi maladroit que le doublage. La course à Crashday est extrêmement frustrante. Les voitures sont un désordre flottant et glissant, glissant et s’écrasant régulièrement sur des objets aléatoires. Il s’agit d’un jeu de course d’arcade, donc personne ne demande un dévouement au réalisme. Mais arcade ou pas, ces voitures ne sont pas amusantes à conduire, et elles ne se comportent pas bien non plus. Bien sûr, l’astuce est que vous devez conduire particulièrement vite car les autres coureurs ont une capacité surnaturelle à utiliser leurs augmentations de vitesse à tous les bons moments et vous dépasseront toujours si vous vous trompez. Donc, ce que vous finissez par avoir à faire est de mémoriser chaque recoin de chaque piste de course juste pour que vous puissiez savoir où utiliser votre boost et où ne pas l’utiliser. Une autre chose étrange est que le sens de la vitesse du jeu n’est pas très bon. Vous avez certainement le sentiment que votre voiture est sur le point de devenir incontrôlable à tout moment, mais le frisson viscéral des courses à grande vitesse est fondamentalement absent.

Quelques modes amusants

Seules les courses acrobatiques et de combat sont légèrement meilleures que le sens de la vitesse. Les modes de cascade incluent des pistes remplies de rampes, de sauts et de boucles, mais la portée des conceptions de pistes de cascade est très limitée. Le jeu n’a pas le genre d’ambiance “regardez à quel point ces pistes sont complètement folles” que des jeux comme TrackMania ont presque perfectionné. Ils ne sont pas farfelus ou bizarres ; ce ne sont que des rampes et des boucles. Et ils ne sont même pas bien aménagés. Le bonus est que le jeu inclut un éditeur de piste, mais même sa portée est limitée, permettant quelques rebondissements bizarres mais pas beaucoup plus.

Des armes et du carambolage

Les modes de combat se présentent sous plusieurs formes. Il y a des courses de démolition directes où le but est de percuter les voitures adverses encore et encore jusqu’à ce que tout le monde ait explosé sauf vous. Ensuite, il existe des modes basés sur les armes qui vous donnent une mitrailleuse Gatling et un lanceur de missiles pour que vous puissiez devenir fou. Ce sont, de loin, les modes les plus divertissants du jeu car, contrairement à la physique de conduite, la physique des crashs du jeu n’est pas mal du tout. Les voitures se brisent assez bien, et les armes ne sont pas difficiles à viser ou à utiliser, ce qui rend la destruction gratuite un processus assez indolore. Le principal problème ici est le nombre limité de pistes et d’armes. Ce serait bien s’il y avait plus de variété dans la destruction à portée de main. Mais malheureusement, il n’y en a pas, et après quelques parties contre l’ordinateur, l’action devient un peu fatigante.

Le multijoueur

Le multijoueur résoudrait théoriquement ce problème, mais même le multijoueur n’est pas sans problèmes. Le problème principal est qu’il n’y a personne contre qui jouer en ligne. Bien sûr, les serveurs répertorient de nombreux jeux en cours, mais ils sont tous joués de l’autre côté de l’étang par des joueurs européens. Et la version européenne du jeu n’est pas compatible avec la version américaine pour une raison quelconque. Vous ne pourrez donc jouer contre aucun d’entre eux tant que Moonbyte n’aura pas corrigé l’une ou l’autre version. Nous avons passé un temps considérable à essayer de trouver un adversaire basé aux États-Unis, mais nous n’avons trouvé qu’un seul match en ligne jouable pendant toute cette période. Pour aggraver les choses, le lag a pratiquement détruit l’expérience. Essayer de jouer une course accidentée pendant que les voitures sautent partout sur la piste est à peu près la chose la plus odieuse que vous ayez jamais vécue.

Conclusion

Mis à part le doublage horrible, le reste de la valeur de la production de Crashday est un peu plus louable. Comme mentionné précédemment, les effets de crash sont assez bien réalisés, et les voitures se déforment et explosent aussi bien que vous l’espériez. Les modèles de voitures ne sont pas vraiment impressionnants, mais étant donné que vous ne faites que les battre encore et encore, ils n’ont pas besoin d’avoir l’air impeccables. Les pistes sont facilement le point le plus faible des visuels. Les environnements d’arrière-plan sont extrêmement générique, habillé de villes et de décors fades, ainsi que de textures peu attrayantes. Ils ne sont pas hideux, mais ils ne sont certainement pas agréables à regarder.

Télécharger Crashday

Crashday Si vous deviez mélanger la série FlatOut de jeux de course de démolition et la franchise TrackMania de Nadeo, puis éliminer systématiquement tous les aspects les plus attrayants des deux titres, vous auriez l’équivalent de base de Crashday. Ce n’est pas que le jeu soit terrible, mais si peu de choses semblent authentiques ou originales; …
3.5 1 5 2
• Moyenne • 3.5 • Avis • 2

Your page rank:

À propos de Boris

Dans notre enfance les jeux-vidéos nous ont bercé, ces années ou les consoles 8 Bits étaient au top de la technologie. Heureusement (ou malheureusement) tout ceci est fini, mais il nous reste internet pour nous en souvenir.