Duke Nukem : Manhattan Project

Télécharger Duke Nukem : Manhattan Project

Manhattan Project est composé de huit épisodes de trois niveaux chacun. C’est un jeu de bonne taille, et il se termine à peu près au moment où il devient ennuyeux. Les environnements sont variés et l’introduction de nouveaux ennemis, armes et défis est suffisamment rythmée pour que les choses restent intéressantes.

Des activités pour éviter l’ennui

Tout comme le gameplay de base commence à devenir un peu répétitif, le jeu vous proposera de nouvelles activités. Par exemple, à la fin du niveau trois, vous devrez vous frayer un chemin vers la première voiture d’un métro en mouvement, sauter par-dessus et vous esquiver sous les rayons venant en sens inverse.

Le dernier épisode se déroule sur une station spatiale et la gravité plus faible signifie que vous devez réajuster vos schémas de saut. Manhattan Project aurait pu bénéficier de défis plus diversifiés comme ceux-ci, mais les quelques-uns qu’il vous lance sont amusants.

Sauvez New-York

Votre objectif est d’arrêter un fou nommé Mech Morphix, qui infecte New York avec une substance radioactive appelée GLOPP. En plus d’emprisonner les danseurs exotiques de la Grosse Pomme, Morphix transforme les cafards et les rats (ainsi que les alligators de la légende urbaine) en d’énormes bêtes armées. Duke devra également affronter ses anciens adversaires, les cochons flics.

Chaque épisode se déroule dans un environnement distinct. Vous courrez sur les toits des gratte-ciel, dans les rues de Chinatown, descendez dans les tunnels du métro, traversez un égout, un camion-citerne et une usine futuriste, avant de finalement vous retrouver dans une station spatiale.

Un jeu non linéaire

Les niveaux sont énormes et la plupart ont plusieurs chemins que vous pouvez emprunter. Il y a beaucoup de récompenses, de bonus et de zones secrètes si vous êtes prêt à explorer, et une bonne partie du plaisir du jeu vient d’essayer de trouver les 10 symboles “nuke” dans chaque niveau, ce qui augmente votre santé maximale et la quantité maximale de munitions que vous pouvez transporter.

Comme pour tout side scroller qui se respecte, chaque épisode de Manhattan Project se termine par une bataille de boss. Quelques-uns d’entre eux sont remarquables. Le premier, un long combat contre un hélicoptère et ses occupants, est un début prometteur.

Plusieurs étapes pour chaque épisode

Il comporte plusieurs étapes, et même si la dernière étape est un peu trop difficile, cela promet que chaque épisode se terminera par quelque chose d’aussi épique. Malheureusement, vous n’aurez plus que deux combats de boss intéressants, le dernier étant le meilleur du lot.

Le reste n’est que de simples échanges de tirs dans de petites zones contre des versions améliorées d’ennemis que vous combattez depuis le début.

Des armes intérréssantes

La sélection de sept armes de Duke est intéressante et leur gestion est simple car Manhattan Project ne dispose que de trois types de munitions. En fait, seules trois des armes sont très utiles, et les munitions sont suffisamment abondantes pour que vous n’ayez presque jamais besoin de changer de votre préférée.

Les principales armes que vous utiliserez sont le lance-roquettes, le fusil de chasse et le fusil d’assaut. Les autres armes comprennent des bombes artisanales, un pistolet, un pistolet GLOPP et un canon à impulsion.

Le pistolet GLOPP est une bonne idée – il contrecarre les effets de la mutation sur les ennemis, les réduisant à des insectes ou des rongeurs impuissants, qui peuvent ensuite être écrasés avec votre pied.

Le canon à impulsions est votre super-arme de tir à la première personne typique, et il doit être chargé pendant quelques secondes pour atteindre sa pleine puissance. Malheureusement, vous aurez rarement besoin de l’utiliser, car le combat se termine généralement par un coup ou deux.

Place aux détails

Manhattan Project propose une caméra cinématographique qui change les angles et les perspectives pour garder les choses visuellement intéressantes. Cela fonctionne généralement, et si rien d’autre, le jeu a fière allure.

Les niveaux regorgent de détails intéressants, et l’utilisation efficace de l’éclairage dynamique aide considérablement. Mais occasionnellement, un objet au premier plan bloquera un ennemi ou un objet. À certains moments clés, les objets de premier plan deviendront transparents, et il est donc étrange que le jeu n’utilise pas plus souvent cette aide visuelle.

Et lorsque la caméra zoome de près, vous ne pourrez pas voir les ennemis qui sont juste devant vous, ce qui vous oblige à tirer sans discernement au loin pendant que vous courez.

Conclusion

Avec quelques ajustements, Duke Nukem : Manhattan Project aurait pu être un très bon jeu. Mais même avec ses défauts mineurs, il offre suffisamment de plaisir pour justifier son prix abordable. De plus, les blagues de Duke Nukem sont drôles, bien qu’un peu répétitives.

Difficile de ne pas rire lorsqu’il atteint une porte verrouillée et qu’il grogne “****** de cartes-clés !” Et les niveaux sont énormes et intéressants à explorer. Si vous avez aimé les jeux d’action classiques comme Blackthorne ou Flashback, ou même les jeux originaux de Duke Nukem, alors vous apprécierez certainement cette tentative de mise à jour moderne.

Manhattan Project est parfois frustrant, mais quand c’est bien, c’est très, très bien.

Télécharger Duke Nukem : Manhattan Project

À propos de Boris

Dans notre enfance les jeux-vidéos nous ont bercé, ces années ou les consoles 8 Bits étaient au top de la technologie. Heureusement (ou malheureusement) tout ceci est fini, mais il nous reste internet pour nous en souvenir. Passionné de jeux vidéos, le but est de partager au travers des articles cette passion pour les lecteurs.
Quitter la version mobile